Inscription à la newsletter ›

Le millésime 2017 par... Caryl, du Château Rives-Blanques

Alors, comment se sont passées les vendanges ?

 

Si vous nous parlez des vendanges 2016, alors oui, ça s’est très bien passé, merci ! Du moins, c’est ce que semble penser « Terre de Vins » puisqu’il nous a attribué un triple Coup de Cœur pour tous nos Chenin Blancs 2016 : la Dédicace, l’Aude à la Joie et la vendange tardive le Lagremas d’Aur (qui s’est vu également attribué 3 étoiles du Guide Hachette).

 

Les avis à l’étranger sur nos Millésimes 2016 ces dernières semaines ont été également très positifs ! Aux Pays Bas notre Chardonnay, l’Odyssée, fut passé en revue avec perspicacité et humour par le nouveau Guide des vins pour les femmes. L’Occitania 2016, notre 100% Mauzac, a remporté le Prix d’Excellence de la Fédération Culturelle des Vins de France ! Et notre entrée de gamme Chardonnay-Chenin Blanc 2016 est non seulement l’un des meilleurs vins en termes de rapport qualité/prix de la « Collection Ambassadeur Pays d’Oc IGP » d’après « Terre de Vins », mais fut nommé « Meilleur Achat » par « l’American Wine Enthusiast ».

Tout ceci est très encourageant pour nous puisque les vendanges 2016 avaient été particulièrement compliquées. Les vendanges 2017 fut encore plus délicat, en particulier pour les vins blancs tranquilles.

 

Nous aurions pu parler même de « Vendanges Vindictivas », si elle n’avait pas eu la gentillesse de se terminer rapidement et de nous fournir des raisins sains et très qualitatifs inspirant notre équipe de vendangeurs à travailler plus dur que jamais !

 

Nous leurs sommes très reconnaissant !                       

 

Les vendanges ont débuté très tôt.  Imprévisible, elles étaient terminées avant même l’époque où nous avions l’habitude de commencer ! Avec un comportement caractériel, perplexe et difficilement appréciable, en toute honnêteté.

 

Le rendement était faible. Mais nous n’étions pas les seuls à en souffrir. Cette année fut l’une des récoltes les plus petites en France depuis la Seconde Guerre mondiale, la plus petite en Italie depuis plus d’un demi-siècle !  Même histoire en Espagne...en fait, la récolte fut petite un peu partout.

 

Le stress fut énorme - nous avions des conditions météorologiques parmi les plus chaudes de tous les temps, nous obligeant à vendanger avant  le lever du soleil et à s’arrêter avant qu’il n’arrive directement au-dessus de nos têtes. Ceci fut suivi de pluie et de vents froids et très violents. On s’est demandé comment cela pouvait-être possible ? Pourtant c’était le cas…

 

Mais après tout ça, et malgré la pluie qui n’est pas venue quand elle aurait dû (et qui est venue quand elle n’aurait pas), nous étions, comme

toujours, les heureux témoins du miracle annuel qu’est la transformation du jus de raisin en vin.                                    Photos par Martin Castellan (çi-dessus), et Hervé Leclair (ci-dessous)

Une dégustation sérieuse et très importante a eu lieu la semaine dernière, et le verdict est tombé... c’est plutôt réussi !

 

Ce qui manque en quantité est compensé par la qualité !

 

 

Au moins les vendanges 2017 auront pris fin juste à temps pour le mariage de notre fille, Xaxa et de son fiancé Canadien, Ian Madison, au mois d’octobre.Entre Xaxa et Ian, ce fut le coup de foudre : ce jeun Canadien serait capable de reculer un tracteur sur un timbre postal (!), il tri les raisins comme un pro et sait vendre les vins Rives-Blanques avec un enthousiasme illimité - que des points positifs pour un universitaire spécialisé dans les relations internationales ! C’est avec grand plaisir que nous l’accueillons dans l’équipe et nous lui souhaitons la bienvenue à bord !

 

 

Et pour finir, nos trois vins effervescents ont récemment fait peau neuve. Nous espérons que vous allez aimer les nouvelles étiquettes ! Ces mêmes montagnes qui y figurent sont aujourd’hui recouvertes de neige fraîche. C’est un jour en or à Rives-Blanques : propre, cristallin et limpide… tout comme les nouveaux Millésimes de 2017!

 

 

______________________________________________________________________________________

So, how was the harvest?   
 

Well, if you mean 2016, then it was great, thank you! Or at least, that's according to the reviews of the past four weeks.  Our 2016 entry-level chardonnay-chenin blanc,  hit the  American Wine Enthusiast "Best Buy" hot spot this month and was also chosen by the French Terre de Vins as one of the best price/quality Pays d’Oc wines of the elite Ambassador Collection.  Our “pure and elegant” Limoux chardonnay, Odyssée, enjoyed a witty and perceptive review in the new Dutch book Wine Guide for Women, while the mauzac, Occitania 2016, earned a Prix d’Excellence from the Federation Culturelle des Vins de France. But the last word on 2016 must go to our trio of
chenin blanc wines – Aude a la Joie, Dédicace and the late harvest Lagremas d’Aur –  all glowing in the glory of a stunning three-in-one Coup de Coeur each in Terre de Vins November-December edition.

To be honest, 2016 was a tricky year, and this is all mightily encouraging.  But if you’re asking about 2017,  well, that was even trickier...  

In fact, we'd call it our Harvest Horribilis, had it not got out of the way quickly, provided us with really nice healthy grapes, and inspired the harvesting team to new and even greater heights of cooperation.

We could have embraced them all (and we did).


The start was early – the earliest we’ve ever had.  The middle was unpredictable, and the end was over before the start normally begins.  Dramatic, perplexing, and unlovable behaviour, to be honest.

 
The yield was low – but we’re not the only ones to suffer that. In fact, it was one of the smallest harvests in France  since WW2. And not only France, but Italy too, the smallest in over half a century.  And Spain as well.  All around us, in fact.




The stress was high – we had the hottest conditions ever, forcing us to start before the sun rose, and to stop even before it was directly overhead, followed immediately by rain and winds so vehemently and violently cold that we couldn't go on.  How can that be possible? It was.
 
And yet.  And yet... after all that, and in spite of the rain that didn’t come when it should have (and did when it shouldn’t have), we were still the happy witnesses to the annual miracle of grape juice becoming wine

And we had a serious, critical tasting of it last week, and it’s …. pretty good!  True, there’s not very much, but what there is, is smiling.

(And so are we).



At least harvest 2017 was polite enough to step aside and make way for the wedding of our daughter, Xaxa, last month, to Ian Madison - a Canadian who bravely took her on lock, stock and barrel (so to speak). He can reverse a tractor on to a postage stamp, sort a grape to the T, and sell Rives-Blanques wines with unlimited enthusiasm: all great talents for an academic engaged in International Relations! We welcome him on board and into the team with delight.




So we all had our say in the gentle updating of the labels of our sparkling wines, and we hope you like the result, Those self-same mountains on the labels are smiling down on us right now, covered in bright white lashings of  fresh snow - it  is truly a golden day today at Rives-Blanques:  clean, crisp, and clear.  


Much like the 2017 wines, come to think of it...!

 

Caryl Panman, Château Rives-Blanques

















 

Top